Parlons le pompier...

Chaque métier à son jargon... Et celui des soldats du feu est parfois surprenant.


Décaler : Partir en intervention

Une grosse, une petite : Désigne les différentes lances à incendie.

Pleins phares : Victime ayant les pupilles dilatées.

Un carton : Accident de la circulation.

Un rif : Un feu (ça rif = ça brûle ).

Ca dépote : Un gros rif.

Entouré, c'est gagné ! : Ce dit d'un feu d'entrepôt.

Un piche : Personne en état d'ébriété.

Un client : Personne ayant souvent recours aux Pompiers .

Phraser : Discuter, parler.

Se faire planter : Être puni.

Se faire craquer : Prendre une « engueulade ».

Percuter : Réagir vite.

Trapu : Ce dit de quelque chose de difficile à faire.

Les grenouilles : S- Pompiers plongeurs.

Cambouis : Conducteur d'engin d'incendie .

Fuel : C'est comme ça que s'appelle les cambouis, entre eux.

Les pékins : Désigne les curieux sur interventions.

Le piaf : Jeune sapeur.

Le sarce : Vieux sapeur.

Vieux shibani : sapeur proche de la retraite.

Majorette : Sapeur affecté à l'équipe de gymnastique .

Creux : Mauvais en sport.

Stable au feu : Personne de confiance.

Développé Isolé : Seul et sans matériel.

L'escabeau à roulette : Échelle aérienne (EPA, EPSA).

Le cercueil : ancien fourgon (type Berliet GAK)

Le camping car : Premier secours relevage(en général on passe la nuit dedans à faire des interventions).

Nuit en peau de saucisson : Décaler plusieurs fois dans la nuit.

Être dans le bocal : Au standard pour 24 heures.

Mettre la viande dans le torchon : Aller se coucher.

Pâté de déblai : Pâté en boite envoyé pour la restauration des personnels sur des interventions de longue durée.